Un Parole de Prophétie

______________________________________________________________

 

 

______________________________________________________________

 

L’Esprit Saint ma inspire à méditer sur la douleur du Christ à Gethsémani pendant une Heure Eucharistique.

 

“Là-dessus, Jésus alla avec eux dans un lieu appelé Gethsémané, et il dit aux disciples: Asseyez-vous ici, pendant que je m’éloignerai pour prier. Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses. Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez avec moi. Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. Et il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis, et il dit à Pierre: Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi! Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi: Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite! Il revint, et les trouva encore endormis; car leurs yeux étaient appesantis. Il les quitta, et, s’éloignant, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles. Puis il alla vers ses disciples, et leur dit: Vous dormez maintenant, et vous vous reposez! Voici, l’heure est proche, et le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs. Levez-vous, allons; voici, celui qui me livre s’approche” (Matthieu 26:36-46).

 

Christ a fait face à la dépression profonde et à l’anxiété aigue dans le jardin tandis qu’il contemplait tous les péchés de l’Humanité à travers les âges. Il s’est incarné pour sauver l’Humanité par Sa Passion et Mort sur une Croix, mais Il était si attristé qu’il demanda au Père céleste, s’il était possible, d’annuler la mission.

Christ a cherché du réconfort de Ses apôtres pendant Son agonie, mais Il vient de recevoir une certaine sympathie d’un ange envoyé par le Père Éternel.

J’ai regardé autour de moi et j’ai trouvé cinq fidèles, et je me suis demandé si nous atteindrions onze . . . J’ai compté onze fidèles quand j’ai quitté l’église.

 

______________________________________________________________

This entry was posted in Français and tagged . Bookmark the permalink.