LE DROIT DE MANIFESTER N’EXISTE PLUS

____________________________________________________________

Le Média

Dec 16, 2020

____________________________________________________________

Samedi 12 décembre, après avoir bravé la pluie et de nombreux points de contrôles, plusieurs milliers de personnes s’élançaient de la place du Châtelet, pour l’édition parisienne de la troisième Marche des Libertés. Encadrée de très près par un dispositif policier très important, dans une nasse géante, la foule était joyeuse et pacifiste. 

On Saturday, December 12, after braving the rain and numerous checkpoints, several thousand people set off from the Place du Châtelet for the Paris edition of the third March of Freedoms. Framed very closely by a very important police apparatus, in a giant pod, the crowd was joyful and pacifist.

Mais les ordres de la préfecture étaient clairs : la police devait interpeller massivement, aveuglément, terroriser les militants pour éviter de potentiels débordements.

But the prefecture’s orders were clear: the police had to arrest massively, indiscriminately, terrorizing the militants to avoid potential spillovers.

Tout au long de l’après-midi, Darmanin communique fièrement, en direct sur Twitter, les chiffres des interpellations. Bien aidé par le journalisme de préfecture, l’élément de langage fait le tour des plateaux télévisés : le maintien de l’ordre de la journée est un succès, 142 « casseurs » auraient été interpellés.

Throughout the afternoon, Darmanin proudly communicates, live on Twitter, the figures of the arrests. Well aided by prefecture journalism, the element of language goes around the television sets: the maintenance of order of the day is a success, 142 “breakers” would have been arrested.

Mais très vite le soufflé retombe, au fur et au mesure que les vidéos prises sur le terrain circulent sur les réseaux sociaux : on y voit des charges à l’aveugle, des blessés, une dame âgée se faire interpeller sans raison, une manifestante arrêtée pour avoir eu l’audace de sortir un parapluie multicolore de son sac dos.

But very quickly the “soufflé” falls, as the videos taken on the ground circulate on social networks: we see charges blind, wounded, an elderly lady being stopped for no reason, a protester arrested for having the audacity to take a multicolored umbrella out of her backpack.

Alexis Baudelin, avocat au barreau de Paris fait partie des personnes interpellées arbitrairement. Sur le plateau du MédiaTv, il revient sur cette nouvelle journée de répression: «Ça a été une expérience qui m’a marqué. Je ne pensais pas que des forces de l’ordre pouvaient interpeller comme ça, sans raison, aveuglément, et de façon totalement arbitraire des manifestants pour le simple fait qu’ils décident d’user de leur liberté de manifester».

Alexis Baudelin, a lawyer at the Paris bar, was among those arbitrarily arrested. On the set of MediaTv, he looks back on this new day of repression: “It was an experience that marked me. I did not think that law enforcement could stop protesters like this, without reason, blindly, and in a totally arbitrary way simply because they decide to use their freedom to demonstrate.”

____________________________________________________________

This entry was posted in Uncategorized and tagged . Bookmark the permalink.