Âmes Victimes

 

Les âmes victimes ressentent intensément le pouvoir rédempteur de la souffrance humaine. Ce sont des personnes choisis par Dieu pour subir des souffrances physiques et parfois spirituelles anormalement intenses pour le salut des autres.

Saint Paul déclare: “Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Eglise” (Col 1:24).

Après Jésus-Christ a accompli notre rédemption, nous sommes «Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui» (Rm 8:17).

Les croix que certaines personnes portent sont beaucoup plus lourdes que les nôtres. Les souffrances de cette vie ― les opportunités de souffrance rédemptrice ― ne sont pas réparties également ou proportionnellement entre les hommes. Pourtant, l’Écriture nous assure aussi que nous sommes capables de porter tout ce que Dieu nous demande, car nous recevrons la force de supporter tout ce qui nous arrivera.

“Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter” (1 Corinthiens 10:13).

Dans l’âme victime, une telle souffrance rédemptrice prend une forme intense et personnelle, un don de la grâce souvent accompagné de phénomènes mystiques, tels que des visions et des locutions, ainsi que des périodes de douleur physique et spirituelle insoutenable.

Les stigmates comprennent les blessures de la crucifixion du Christ, qui apparaissent généralement sur le corps de l’âme de la victime comme des plaies sanglantes et non cicatrisées sur les paumes, les pieds, le côté ou le front. “Stigmates invisibles” se réfère à l’expérience des douleurs de la Passion de Notre-Seigneur sans les blessures physiques apparentes.

Sainte Faustine Kowalska (1905-1938), «l’Apôtre de la Divine Miséricorde», a souffert des stigmates invisibles, les douleurs de la crucifixion sans les blessures physiques pour le bien des pécheurs.

Saint Pie de Pietrelcina (1887-1968) a eu une mauvaise santé la plus grande partie de sa vie, et a été fréquemment attaqué par le diable, physiquement et spirituellement, souffrant une douleur intense du corps et de l’âme.

This entry was posted in Français and tagged . Bookmark the permalink.