Naissance de Jésus-Christ

 

NOTRE MÈRE SAINTE NOUS PARTAGE PAR LA LUMIÈRE DE MARIE UNE NOUVELLE RÉVÉLATION QUI NOUS PERMET DE COMPRENDRE LE GRAND MYSTERE DE LA NATIVITÉ DE NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST.

 24 DÉCEMBRE 2017

______________________________________________________________

Ma fille bien-aimée, le fait que Mon Fils soit né dans des conditions si humbles n’était pas une coïncidence, mais la disposition du Père Éternel pour que dès le premier moment l’Humanité puisse comprendre pour entrer dans la vie spirituelle et accueillir les enseignements de Mon Fils. Ils doivent délier tout ce qui les maintient liés à de fausses croyances personnelles, à l’ego qui reste fort dans l’homme, à la folie humaine et se regarder humblement et reconnaître ce qu’ils doivent quitter et ce qu’ils doivent prendre pour unifier à Mon Fils.

Je demande que chaque jour soit comme ceci, que l’homme de Dieu reconnaisse que l’Amour doit prévaloir dans la vie et se souvienne que sans amour nous ne sommes rien.

Nous ne voyagions pas seuls, mais en compagnie des protecteurs que Dieu le Père a envoyé pour nous accompagner sur la route et avant d’entrer dans cette écurie, les anges étaient déjà là, heureux, attendant notre entrée. L’ÉCURIE, CET ENDROIT HUMBLE, ETAIT LE GRAND PALAIS OÙ LE FILS DE DIEU DEVRAIT NAÎTRE.

Les Anges de Dieu le Père devinrent visibles à nos yeux et Joseph, admiré par une telle grandeur, comprit que plus qu’un palais nous étions dans le plus bel endroit qui puisse exister sur Terre. Nous nous sommes précipités pour nettoyer l’endroit et les anges de Dieu ont aidé mon mari Joseph, et l’endroit, avec une propreté impeccable, a été arrangé pour la naissance de mon fils, qui m’avait été annoncé précédemment. Les anges parfumés avec des arômes célestes un tel grand palais. J’avais été annoncé la naissance et absorbé dans Mon Ventre, où l’Amour Divin atteindrait l’Humanité, pénétré dans un tel mystère insondable.

Le froid de la nuit m’a fait dépêcher, Mon mari Joseph allumé le feu et je lui ai demandé de se reposer et Joseph, entrant dans un rêve qui était une extase, a regardé ce qui s’est passé avec la naissance divine.

J’ai été emporté par la création et j’ai été rempli de plus grands signes qui ont rempli Mon Coeur, Mon Esprit, Ma Pensée, Ma Raison, Mon Âme et Mon Esprit pour accueillir les “Mystères Sacrés” qui ne m’avaient jamais été révélés auparavant. J’ai été emmené dans l’extase Divine profonde pour regarder le visage de Dieu et j’ai été rempli de Science Divine, de Prudence, d’Espérance Divine, d’Amour et de Compréhension Divine …

Prosterné devant le Père Éternel, j’ai reçu sa grande bénédiction et ainsi la Très Haute Majesté. Il a pris mes mains et j’ai reçu toutes les instructions pour l’éducation de Qui deviendrait le Sauveur de l’humanité. Mon visage irradiait la Lumière Divine que le Père reflétait en Moi, conscient de ce qui se passait, dans la pleine utilisation de Mes Sens, Il me regardait transformé devant cette Présence Insondable.

En quelques instants, j’ai senti Mon Enfant bouger dans mon ventre avec force, déjà prêt à naître et ravi par l’Esprit Divin, j’ai vu qu’il libérait de ce cloître que Dieu avait créé l’Homme, sans aucune douleur. L’Amour de Mon sein a été unifié avec l’Esprit Divin et dans un don total, ne s’opposant à aucune résistance à la Volonté Divine, avec une disposition absolue et étant comme le cristal à la lumière, est né le “Seul Engendré du Père”, par Travail et grâce de l’Esprit Saint, conservant mon état virginal, tout était un miracle d’amour.

J’ai regardé San Miguel et San Rafael et ils ont adoré Mon Enfant, transfiguré, plus beau et plus éclatant que le soleil. Sa peau, totalement purifiée, irradiait une telle pureté, que la lumière de son corps divin quittait l’endroit. Mon Enfant m’a été donné par les mains de San Miguel et San Gabriel, et à ce moment-là, un Colloque Divin s’est passé entre les deux: MON FILS ET JE UNIS UN AMOUR VRAI ET JE COMME SA MÈRE A EXPRIMÉ: MON BIEN AIMÉ POUR MOI ET MOI POUR MON BIEN-AIMÉ …

NOUS COMMEÇONS UN COLLOQUE INTIME, ET AVEC TOUT MON TERNURE MATERNEL, EN REGARDANT CES YEUX BÉNINS, AIMONS-NOUS DANS LA VOLONTÉ DIVINE DU PRESEPIO JUSQU’À LA CROIX.

En quittant cet état, j’appelai Joseph et lui, regardant l’Enfant, versa des larmes qui coulaient sur ses joues, celle que j’attendais était là, je l’abandonnai dans les bras de Joseph et en toute révérence je l’aime avec amour éternel.

LES HUMBLES SONT ARRIVÉS À ADORER MON FILS EN RAISON DE LES HUMBLES EST LE ROYAUME.

This entry was posted in Français and tagged . Bookmark the permalink.